La newsletter du Bizarreum

Les actualités thanatologiques du Bizarreum par Juliette Cazes

image_author_Juliette_CAZES
Par Juliette CAZES
8 articles
21 juil. · 3 mn à lire
Partager cet article :

Agatha Christie et cimetières à Istanbul.

Un café au Pera Palace.

L’été bat son plein et je reprends d’ici peu mon uniforme de travail pour aller m’occuper des morts et de leur famille. Cette pause était plus que nécessaire pour déconnecter mon cerveau de ces 6 mois intenses de prise de poste, et de finalisation de mes travaux en cours pour Le Bizarreum.

Dans un prochain article du blog, je vous emmènerai découvrir Istanbul en mettant l’accent comme d’habitude sur ses originalités et bien entendu ses cimetières ! Mais je vous offre un petit aperçu dans cette newsletter estivale.

Un café au Pera Palace

Istanbul est une ville dont on ne ressort pas sans des milliers d’images dans la tête, des tas de nuances et de nombreuses odeurs. En réalité, on n’a pas vraiment envie de la quitter cette ville, sauf peut-être pour retrouver le silence. Le ronronnement des chats est un plus non négligeable dans ce voyage qui éveille les sens, et où le souffle marin vient rafraîchir les journées les plus chaudes. Ce sont aussi des marées humaines au cœur de cet été, des nationalités toutes différentes, et des tenues vestimentaires des plus courtes aux plus couvertes sans que cela ne dérange personne. En bref, c’est le tumulte.

C’est en allant à la porte du Pera Palace pour demander timidement si il était possible de boire un café que l’année 1895 m’a sauté à la figure. Cette année marque l’ouverture de ce bâtiment au destin précis : loger les riches voyageurs du mythique Orient-Express lors de leur escale à Stamboul (ancien nom de la ville). Et je ne sais pas vous, mais l’évocation de ce train ainsi que tout ce qui va avec me fascine depuis toujours.

Forcément, les gens les plus riches de la fin du XIXe siècle et du début XXe se rendaient au Pera Palace, dont Kemal Atatürk. Les Rois et Reines rencontraient les Tsars, les espions ou encore les chanteuses et actrices. Il y a du beau monde qui est venu dormir ici et sûrement boire un thé…ou un cocktail. Luxe du luxe, on peut y prendre à l’époque le second ascenseur électrique jamais construit après celui de la Tour Eiffel !

D’accord mais Agatha Christie dans tout ça ?! Et bien, les sources divergent la concernant. Certaines disent qu’elle a écrit Le crime de l’Orient-Express dans la chambre qu’elle occupait au Pera palace, d’autres disent qu’elle a été inspirée par son séjour pour écrire le livre. On lui a même rendu hommage à l’heure actuelle dans la chambre 411, celle qu’elle occupait lors de ses séjours… sauf qu’en réalité, même si Agatha Christie est bien venue au Pera Palace, on a beaucoup de mal à retracer les dates exactes de ses séjours, puisque les registres de la première moitié du XXe siècle de l’hôtel ne sont pas accessibles. Il y d’ailleurs une enquête toujours en cours, un cold case, celui de savoir si oui ou non Agatha est venue au Pera Palace lors de sa disparition préméditée d’une durée de 11 jours. Un évènement très marquant dans sa carrière alors que sa vie personnelle était en chute libre tout en étant au sommet de sa gloire. Un voyant aurait prédit que l’autrice était dans l’hôtel au moment de sa disparition…avant de réapparaître sans jamais révéler quoi que ce soit. C’est un mystère.

Vous l’aurez compris, son aura plane dans l’hôtel, mais on n’a pas plus d’informations que cela mis à part qu’elle est bien venue. Il n’en fallait pas plus pour aller malgré tout prendre un matinal café dans les canapés moelleux et dans l’ambiance feutrée d’un lieu comme on n’en fait plus de nos jours. Je n’ai malheureusement pas demandé à visite la fameuse chambre 411 apparemment visitable où dormait la reine du crime.

La série Minuit au Pera Palace, visible sur Netflix, ouvre son première épisode en attestant que l’hôtel a été construit…sur un ancien cimetière. Légende ou vérité, mon niveau de langue turque étant égal à zéro m’empêche de trouver une quelconque source un peu fiable sur ce sujet. Mais cela reste amusant compte tenu de mon sujet de travail !

...